Programme de l'édition 2018

 
 

 
 
  
Le programme
< >

FRÈRES ENNEMIS

de David OELHOFFEN

LE PARRAIN REDA KATEB

Master Class Reda KATEB

MAUVAISES HERBES

de KHEIRON

L'ENFANT CHAMEAU

de Chabname ZARIÂB

DE TOUTES MES FORCES

de Chad CHENOUGA

BLINDSPOTTING

de Carlos LOPEZ ESTRADA

JOUEURS

de Marie MONGE

PALMARES 2017

Remise des prix Talents en court

REVUE DE PRESSE

Tous les articles sur Cinébanlieue

SHÉHÉRAZADE

de Jean-Bernard MARLIN

CARTE BLANCHE

Spéciale Île de la Réunion

COMPÉTITION

Sélection 2018

CINÉCOURTS

Coups de coeur 2018

Inscription à notre newsletter

 


Festival

Cinébanlieue 2018


Télécharger le programme



Parrainé par Reda Kateb, le festival Cinébanlieue tiendra sa treizième édition du 7 au 16 novembre 2018.


Cinéma L'Écran de Saint-Denis

UGC Ciné Cité Paris 19

Comedy Club


Réservation

contact@cinebanlieue.org



 


 

 

A+ R A-

12e ÉDITION : L'ASCENSION de Ludovic BERNARD

L'ASCENSION de Ludovic BERNARD

Séance Cinébanlieue 2017 - Panorama III - CINÉMA L'ÉCRAN DE SAINT-DENIS


En présence de l’équipe du film 

 Laurence LASCARY, productrice du film

et Nadir DENDOUNE, journaliste et scénariste,

le film est une adaptation de son livre Un tocard sur le toit du monde

  

L’ASCENSION

DE LUDOVIC BERNARD

 

FRANCE / 2017/ 1H43/ DACP / MARS DISTRIBUTION


Avec Ahmed SYLLA, Alice BELAÏDI, Kevin RAZY, Waly DIA, Nicolas WANCZYCKI, Maïmouna GUEYE, Fadila BELKEBLA, Umesh TAMANG 

« Pour toi, je pourrais gravir l’Everest !» Samy aurait mieux fait de se taire ce jour-là... D’autant que Nadia ne croit pas beaucoup à ses belles paroles. Et pourtant… Par amour pour elle, Samy quitte sa cité HLM et part gravir les mythiques 8848 mètres qui font de l’Everest le Toit du monde. Un départ qui fait vibrer ses copains, puis tout le 9-3 et c’est bientôt la France entière qui suit avec émotion les exploits de ce jeune mec ordinaire mais amoureux. A la clé, un message d’espoir : à chacun d’inventer son avenir, puisque tout est possible.

« Porté par l’humoriste Ahmed Sylla, d’un naturel désarmant en apprenti alpiniste aussi maladroit que sympathique, et Alice Belaïdi, lumineuse, ce film réjouissant réserve son lot de situations cocasses et de répliques bien senties ». Le Journal du Dimanche 

Nadir DENDOUNE explique pourquoi il s’est lancé à l’assaut du toit du monde :

Nadir DENDOUNE 


« À l’époque, mon contrat avec un journal bien connu s’était arrêté. J’ai eu droit à des primes de départ qui m’ont permis de financer en partie l’expédition. Au début, je ne pensais pas aller gravir l’Everest : c’est un ami népalais, patron d’une boîte qui emmenait des alpinistes sur le toit du monde et que j’avais rencontré quelques années plus tôt, qui m’a convaincu. Je lui avais fait croire que j’avais un super CV d’alpiniste, que j’avais déjà atteint d’autres sommets... Alors que l’Everest était ma première montagne ! Je suis surtout parti à l’assaut du toit du monde pour aller là où on ne m’attendait pas forcément. (…). En allant sur l’Everest, je voulais montrer qu’on a notre place partout. Une fois en haut, j’ai déployé un cœur en carton siglé 93 : j’ai pensé que le symbole serait fort. La Seine-Saint- Denis, dont je suis issu, est l’un des départements les plus pauvres de France, le plus stigmatisé de l’hexagone. Cette ascension victorieuse est un bel hommage pour tous ces oubliés de la République ».

 

CAPTATION - ECOLE DE LA CITE 

LAURENCE LASCARY ET NADIR DENDOUNE

Réalisation de

Morgane le Moing, Anatole Levillain-Clément

et Gaetan Moineau


Télécharger le programme 2017

 

  

 Retrouvez le palmarès 2017, en cliquant sur l'image du jury ci-dessous !


BANDE ANNONCE : Compétition Cinébanlieue 2017

CLIP : Cinébanlieue 2017

Les membres du jury 2018

Marseillais d’origine arménienne, Jean-Bernard Marlin est réalisateur et scénariste diplômé de l’ENS Louis-Lumière et de l’Atelier Scénario de La Fémis. Son premier court métrage La Peau dure (2007) est sélectionné dans plusieurs festivals internationaux. S’en suit La Fugue, deuxième court métrage réalisé en 2013, pour lequel Jean-Bernard Marlin reçoit de nombreux prix dont l’Ours d’Or à la Berlinale de Berlin. Avec Shéhérazade (2018), il réalise son premier long métrage entouré d’acteurs non professionnels. Le film est sélectionné à la Semaine de la Critique et reçoit le prix Jean Vigo.

Jean-Bernard MARLIN // Président du jury

images/2018programmation/jbmarlin.png

Originaire de l’Île de la Réunion, Christine Salem est chanteuse de Maloya (forme d’expression chantée, jouée et dansée de l’Île de la Réunion, interdite jusqu’aux années 80 car jugée trop subversive). Joueuse de Kayamb, auteure et compositrice, elle fonde le groupe Salem Tradition en 1997 et sort plusieurs albums dont Waliwa (2001), Krie (2003), Fanm (2006). Suivent Lanbousir (2010) et Salem Tradition (2013) qu’elle signe de son propre nom. Considérant le Maloya comme une musique à part entière, moderne et porteuse de revendications identitaires, elle cherche à en élargir les frontières à l’image de son dernier album Larg pa lo kor (2015). Chanteuse charismatique, elle est aussi actrice, on la retrouve dans les court-métrages Cilaos (2016) de Camilo Restrepo, Allée- Cocos (2015) de Elsa Dahmani ou encore Arthur Rambo (2018) de Guillaume Levil. Elle est également présidente de l’association Cinékour.

Christine SALEM // Jury

images/2018programmation/christinesalem.png

Normalienne, agrégée de lettres, elle a collaboré à l’écriture de nombreux scénarios et réalise pour Arte et France Culture plusieurs films et documents sonores en Iran et en Afghanistan. Journaliste et productrice à France Culture, elle anime depuis 2002 l’émission Les Pieds sur terre dont elle tire le recueil Les Pieds sur terre : Nouvelles du réel. En 2016, Sonia Kronlund réalise son premier long-métrage documentaire, Nothingwood. Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, elle suit Salim Shaheen, acteur- réalisateur-producteur populaire Afghan, dans ses tournages incontrôlables menés avec les moyens du bord dans un pays en guerre depuis plus de trente ans. Dans le cadre de la Quinzaine en Action à la Bocca, elle réalise avec un groupe de jeunes le court-métrage documentaire Boccallywood présenté à Cinébanlieue cette année.

Sonia KRONLUND // Jury

images/2018programmation/soniakronlund.png

Laurence Lascary est productrice. Après des études à la Sorbonne et l’INA (Institut National de l’Audiovisuel), elle a travaillé au sein de sociétés telles que Studio Canal ou encore Unifrance (bureau de New-York). En 2008, elle crée la société de production De l’autre côté du périph’ (DACP) pour dépassionner les débats sur les quartiers populaires et décomplexer leurs habitants, montrer qu’il est possible d’y réussir. En 2011 elle lance la Journée des Jeunes Producteurs Indépendants (JJPI), une place de marché innovante dédiée aux nouveaux acteurs de l’industrie audiovisuelle. En 2016, elle produit son premier long- métrage adapté d’un livre de Nadir Dendoune : L’Ascension réalisé par Ludovic Bernard qui a réuni plus d’un million deux cent mille spectateurs. DACP dote à nouveau cette année, le Grand prix Cinébanlieue.

Laurence LASCARY // Jury

images/2018programmation/laurencelaskary.png

Christophe Taudière est responsable du Pôle Court- métrage à France Télévisions. Dans un secteur en pleine vitalité, les deux émissions hebdomadaires du service public « Histoires Courtes » sur France 2 et « Libre court » sur France 3 privilégient l’audace et l’innovation, aiment dénicher de nouveaux points de vues dans la ction, le court documentaire ainsi que dans l’animation. Le Pôle court-métrage souhaite donner sa chance à de jeunes cinéastes qui racontent des tranches de vie avec un autre regard, celui du court incisif et de l’instant qui nous surprend. Après Guy Moquet de Demis Herenger, Samedi de Hanni Mahé, Lokoza de Zee Ntuli et Isabelle Mayor, et Africa de Naïm Aït-Sidhoum, qui sera l’heureux lauréat du prix France Télévisions à Cinébanlieue ?

Christophe TAUDIÈRE // Jury

images/2018programmation/christophetaudiere.png

Lawrence Valin a grandi à la Courneuve (93). Il débute dans le cinéma en tant que comédien. On le retrouve dans différents longs métrages comme Le Beau Monde de Julie Lopes-Curval (2014) ou Lola Pater de Nadir Moknèche (2017). Il tiendra un des rôles principaux dans Hauts Perchés, le nouveau film de Olivier Ducastel et Jacques Martineau. En 2016, Lawrence Valin intègre le programme « La Résidence » de La Fémis et réalise le court-métrage Little Jaffna pour lequel il reçoit le Grand Prix de Cinébanlieue 2017 puis le Prix Canal + au festival international de Clermont-Ferrand 2018. Lawrence Valin démarrera, en novembre, le tournage de son moyen-métrage The Loyal Man et développe en parallèle, son premier long métrage EELAM.

Lawrence VALIN // Jury

images/2018programmation/lawrencevalin.png

Qui sommes-nous ?

Créé en 2006, un an après les révoltes sociales qui ont embrasé les périphéries des grandes villes, le festival Cinébanlieue est né du constat qu’il n’existait pas de grandes manifestations consacrées à la banlieue vue sous l’angle de sa richesse sociale, culturelle et économique. Celui-ci entend prouver que la représentation de la banlieue et de ses habitants ne se résume pas à ce que les médias veulent bien montrer.

Ce festival offre une toute autre vision de ce qu’est la banlieue. Il s’agit principalement de montrer cet espace comme étant un lieu d’inspiration et d’épanouissement artistiques, et non plus comme source de tensions et de destruction. Aux côtés d’une sélection de films en compétition, il propose un panorama de films sur un thème d’actualité ; chaque année un cinéaste français ou étranger est choisi pour être l’invité d’honneur.

Calendrier des évènements